Au comencement était la curiosité...

Chez Maison Fauve, nous aimons ouvrir grand les yeux pour dénicher les détails, les petits riens qui n’en sont pas. Une photographie qui nous émeut, l’imprimé audacieux d’une robe haute couture, un objet aux lignes singulières, un son qui nous accroche, une expo qui nous embarque, un beau livre… La magie de sentir résonner en nous le travail et l’univers d’artistes.

ON COMMENCE MAINTENANT ?

Nos valeurs

La couture plaisir...

Faire de beaux patrons de mode, avec un souci porté aux détails et à la coupe, c’est notre mission. Mais pour que le moment que vous passerez avec nous soit un vrai plaisir, nous voulons vous accompagner au delà du patron de couture. Maison Fauve vous propose des pas à pas photo et vidéo afin que vous ne vous sentiez plus coincées par des points techniques, et que vous osiez vous lancer. Pour aller plus loin dans l’expérience couture, la rubrique tutoriel vous propose aussi des mini projets pour hacker vos patrons Maison Fauve et décliner encore la proposition du modèle.

Aimer le beau

La précision d’un travail de plissé, la rondeur de la ligne d’une épaule, l’audace d’une découpe, nous n’envisageons pas le vêtement comme un produit, mais comme une création que l’on aura pris le temps de réfléchir, de développer. Le patron de couture joue le rôle de passage de relais entre mes inspirations et vos envies créatives : chaque détail, chaque bouton, chaque étoffe, tout ce qui fera de votre ouvrage une création unique à aimer longtemps, avec la fierté de l’avoir cousue.

Être unique c'est être soi

Coudre sa garde robe c’est faire un choix, celui de consommer autrement. Les moments que vous consacrez à choisir votre patron de couture, votre précieux tissu et à réaliser vos vêtements leur donnent toutes leurs valeurs. Prendre le temps de l’ajuster parfaitement, soigner chaque détail, être attentive aux finitions… Vous aurez une pièce unique, car vous êtes unique ! La fierté de porter sa propre pièce couture est sans pareille.

Inspiration Maison

La femme cavalière, la pampa argentine, le soleil fabuleux et ses milles rayons, la radicalité des artistes audacieuses de l’avant-garde russe, l’esthétique du XIXème au travers le regard d’une écrivaine qui décrit les moeurs de son milieu… Chaque saison nous travaillons sur des univers créatifs qui seront l’ADN de la collection, et je veux vous emmener avec moi. Avec L’Oeil Fauve nous plongerons ensembles dans tout ce qui a inspiré l’univers des collections.

Notre histoire

Au commencement,
il y a le dessin...

L’histoire de Maison Fauve, c’est un peu partir de la fin pour remonter le temps et voir les signes passés inaperçus. J’étais une jeune fille dont les passions d’enfant étaient le dessin et les chevaux (et dessiner des milliers de chevaux). J’aimais aussi feuilleter le fameux catalogue de La Redoute quand il arrivait chez ma mamie et j’imaginais des tenues en combinant les vêtements, en griffonnant de petites silhouettes.

La mode comme chemin de traverse

Et puis j’ai grandi. Etudier l’art et le dessin qui me passionnaient tant n’était pas alors une option envisageable avec l’éducation que j’avais reçue. Je me suis donc orientée vers la médecine et j’ai réussi le concours d’entrée pour devenir chirurgien-dentiste. L’entrée à la faculté a sonné comme une révélation :  j’y ai croisé des filles qui adoraient la mode, les fringues, et les marques à la mode. J’observais leur style plus pointu, plus travaillé que le mien et j’adorais. Désormais, c’était du  « Spécial Mode » de Vogue et du Elle que je puisais mes sources d’inspiration. Je les combinais à l’infini pour griffonner mes silhouettes. Mes études se terminant, je pouvais  désormais exercer un métier qui me procurerait ce pour quoi j’avais tant travaillé depuis le lycée : la sécurité et la stabilité.

La couture comme passion

C’est à la naissance de mon deuxième enfant que j’ai enfin repris du temps pour moi, que je me suis remise à dessiner. Ce qui a vraiment été déterminant, c’est cette rencontre avec une couturière proposant un service de vêtement sur-mesure à partir d’inspirations, dessins. C’est ainsi que j’ai découvert l’univers de la couture. Je me suis plongée à coeur joie dans la couturosphère sur l’Internet. Plus rien ne pouvait m’arrêter, je dessinais des  silhouettes depuis des magazines, une garde-robe rêvée, puis mes premiers patrons, et de mon blog  « Dessine-moi un patron », pendant l’été 2015, avec le pari un peu dingue de proposer mes propres collections.

L’entrepreunariat comme une (r)évolution

Ça n’était encore qu’une passion que je faisais vivre à côté de mon travail. Dès la rentrée 2015, j’ai eu envie de lui donner un nouveau visage, d’en faire quelque chose qui me ressemble plus. De donner la chance à ce projet d’exister même si cela supposait que je laisse derrière moi mon précédent métier qui de toute façon ne me correspond plus.

Ma recherche sur les patrons est tournée vers une recherche du travail du détail, de la pièce forte, vers l’envie que le vêtement soit le support d’une allure singulière. J’ai réfléchi à ce qui serait en phase avec cette identité plus affirmée.

Maison Fauve… « Les Fauves », ces artistes du XIX ème siècle qui voulaient insuffler de la couleur et de la spontanéité, réinventant le monde avec fantaisie et audace. La couleur fauve aussi, un jeu de nuances de couleurs chaudes, de terre et de feu. Le nom de ma marque s’est posé comme une évidence, ce sera Maison Fauve.

Ce chemin parcouru,

 je vous le dois aussi, vous qui me suivez dans cette aventure, vous qui m’encouragez, vous qui m’inspirez. Cette Maison Fauve c’est aussi la vôtre : votre regard sur mon travail, et ce que deviennent mes patrons quand ils passent sous vos machines, avec vos tissus… La palette change, évolue, se métamorphose ! Cette curiosité, la créativité, le goût du beau vêtement font parti des valeurs de Maison Fauve.

Et Maison Fauve est désormais une partition qui se joue à 4 mains. Julie qui m’accompagnait lors de ma transition vers l’entrepreunariat est devenue mon associée. Sa confiance et son implication sont une vraie force pour faire grandir Maison Fauve.

Savoir lire les signes

Et je me souviens de la jeune fille qui a surpris sa mamie quand elle lui a dit qu’elle partait en médecine “Ah bon, digue ? Fille, je pensais que tu dessinerais des vêtements”… Cette phrase n’avait à l’époque aucun sens pour moi car mon attrait pour la mode se limitait à mes gribouillages d’après ses catalogues. Ma grand-mère ne s’était pas attardée.

Elle n’est plus là, mais j’aime penser qu’elle me congratulerait d’un petit sourire satisfait avec l’air de celle qui l’avait vu venir si je lui disais “Mamie, je suis créatrice de patron de mode et je vis mon rêve » !

Fichier 16

Le blog

Dans cette section vous découvrirez des looks, les dernières versions des patrons, nos envies modes et coutures, et les dernières nouveautés Maison Fauve.

LE JOURNAL