Browsing Tag

couture

A la une

Le premier jour du reste de ma vie.

C’est l’histoire d’une jeune fille…ses passions sont le dessin et les chevaux (et dessiner des milliers de chevaux). Elle aime aussi feuilleter le LaRedoute quand il arrive chez sa mamie. Elle s’imagine des tenues en combinant les vêtements, et elle griffonne de petites silhouettes.

La jeune fille grandit, et vient le moment de choisir ce qu’elle va faire dans la vie. Le dessin, l’art, les habits ne sont pas des choix qu’elle envisage. Elle a besoin de quelque chose de stable, de sûr, cela l’apaise. Elle travaille pour faire vétérinaire et rester près des chevaux. Mais elle n’a pas le niveau pour intégrer la prépa. Alors elle part en médecine, et réussi le concours de chirurgien dentiste. Ce métier, elle ne le connaît pas mais la chirurgie l’intéresse beaucoup. Elle découvre, cela lui plaît. Elle rencontre aussi à la fac des filles qui adorent la mode et les fringues, des marques et des dégaines plus pointues, plus travaillées. Et cela aussi ça lui plaît. C’est parmi les spécials mode de Vogue et Elle qu’elle combine et griffone ses petites silhouettes désormais.

Les études se terminent, la jeune femme travaille. Dentiste est un métier paradoxalement solitaire et les échanges avec ses amies du temps de la fac lui manquent: partager sur les cas, découvrir des techniques, se confier sur ses doutes face à certains patients…alors elle poursuit en parallèle des formations post-universitaires pour retrouver cette confraternalité. Et elle a ce pourquoi elle a tant travaillé depuis le lycée: la sécurité, la stabilité, un « bon » métier.

Je deviens la femme. J’attends mon deuxième enfant, ma grossesse n’étant pas de tout repos je suis arrêtée assez tôt et je prends du temps pour moi. Je me remets à dessiner, et à réfléchir à des vêtements. Je contacte une couturière qui propose un service de vêtement sur-mesure à partir d’inspirations, dessins ect…la suite de l’aventure je l’ai déjà raconté: découverte de l’univers de la couture, initiation à cette activité qui m’était inconnue et au patronage. Je navigue sur le net et découvre la couturosphère…j’adore et je saute à pieds joints. Dessiner mes silhouettes La Redoute, dessiner mes vêtements rêvés, dessiner mes 1ers patrons…je lance mon blog Dessine moi un patron et rapidement je prends le pari de proposer mes patrons et de lancer une collection.

Cette aventure a commencé en septembre 2015, ma petite activité en mode passion sur le temps libre est devenue une vraie marque. Cette marque a évolué avec moi, avec vous depuis ces 3 ans et demi. Alors j’ai eu envie de lui donner un nouveau visage. quelque chose qui me ressemble plus. Quand je regarde mon dressing, j’y vois de l’imprimé, de la couleur. Ma mère me dit souvent quand je lui présente mes tissus et la tenue que je compte coudre qu’elle est dubitative face aux associations..mais finalement ça marche. Ma recherche sur les patrons est tournée vers le travail du détail qui fera mouche, de la pièce parfois forte. L’envie que le vêtement soit le support d’une allure singulière. Alors j’ai réfléchi, beaucoup cherché ce qui serait plus en phase avec cette identité plus affirmée…

Maison Fauve… Après des semaines, cela s’est imposé: les fauves, ces artistes qui veulent insuffler de la couleur et de la spontanéité. qui ne figurent pas mais réinventent le monde avec fantaisie et audace. Il y a la couleur fauve aussi, un jeu de nuance de couleurs chaudes, de terre et de feu. Et MF, Milou Faurie, ce sont mes initiales. Je ne m’en étais pas rendu compte au début, mon mari me l’a fait remarquer quand je travaillais sur des tests logo. Ça s’est posé comme une évidence, ce sera Maison Fauve.

Cette année sera aussi pour moi l’année du grand changement. Je compte arrêter le cabinet, et me donner ma chance. Se lever le matin pour être dentiste ne me correspond plus. J’ai créé ma propre activité, à force de travail et d’une immense dose de passion. Ce chemin parcourut je vous le dois aussi, vous me suivez dans cette aventure périlleuse, vous m’encouragez, vous m’inspirez. Cette Maison Fauve c’est aussi la vôtre: votre regard sur mon travail, et ce que deviennent mes patrons quand ils passent sous vos machines, avec vos tissus… la palette change, évolue, se métamorphose!

Autant vous dire qu’il va y avoir du mouvement par ici: le site sera renommé www.maison-fauve.com, la présentation du blog et du eshop retravaillée, mais surtout ce sera l’occasion d’une grande surprise que je vous réserve d’ici quelques jours avec à mes côtés des partenaires qui envoient du bois…Eglantine et Zoéles Coupons de saint PierreDutchlabel Shop, Frou-frouCoudre et broder…on a hâte!!!!

Alors voilà où j’en suis : un nouveau nom, une nouvelle identité professionnelle, et surtout lâcher prise sur la « stabilité » qui a dicté mon cheminement jusqu’à mes 37 ans, c’est un saut dans le vide qui me terrifie. Mais je me souviens de la jeune fille qui a surpris sa mamie quand elle lui a dit qu’elle ferait médecine « Ah bon, digue Fille, je pensais que tu dessinerais des vêtements »…cette phrase sortait de nulle part, n’avait aucun sens à l’époque car mon attrait pour la mode se limitait à mes gribouillages d’après les catalogues. Ma grand-mère ne s’était pas attardée.

Elle n’est plus là, mais je me plais à croire qu’elle me congratulerait d’un petit sourire satisfait avec l’air de celle qui l’avait vu venir si je lui disais « Mamie, je suis créatrice de patron de couture et je vis mon rêve »…

A la une Mode

Sable d’hiver…

Bonjour!

Je repasse par ici en coup de vent pour vous faire un coucou avant le salon…Et oui les jours filent à vive allure et le CSF approche à grands pas. Ce sera pour moi la seconde année en tant qu’exposante, et pour cette nouvelle édition je serait à nouveau en stand partagé avec Zoé de Eglantine et Zoé. Vous pourrez passer nous voir sur les stands E63 et E65 🙂 Je suis tout à la fois très impatiente et un peu terrifiée par tout le travail qui me reste à accomplir (et le fameux périple qui m’attend pour atteindre la porte de Versailles).

Et cette nouvelle collaboration est l’occasion de vous présenter la petite dernière tombée de ma mac, une nouvelle veste Sable cousue dans le très beau tissu jacquard aux motifs d’oiseaux de paradis de chez Eglantine et Zoé. Ce que j’aime tant dans ce patron c’est qu’il s’adapte à beaucoup de tissus différents: une ligne kimono en crèpe, une vraie allure de veste droite en tissu plus épais, et comme vous pouvez le constater les empiècements et découpes sont l’occasion de contraster les tissus ou comme sur cette nouvelle version de dégainer les passepoils.

Pour être tout à fait exacte, c’est en fait un biais recoupé et cousu comme un passepoil que j’ai utilisé, mon tissu étant épais je ne voulait pas lui ajouter encore de l’épaisseur aux coutures avec le passepoil. Et puis Sable est vraiment une bonne introduction à la veste doublée (vous pouvez retrouver le tutoriel de montage ici ).

Je trouve le motif du jacquard absolument magnifique, et les notes de couleurs font vivre les tons plus foncés…bref je l’aime 😉

Je profite de ce post pour remercier tous ceux qui m’ont laissé des messages sur Instagram après mes stories sur ma journée de concours Challenge entrepreneurs.

J’ai été très touchée de vous lire si nombreux, et la victoire était d’autant plus belle que cette aventure Maison Fauve se poursuit depuis 3 ans grâce à vous!!!! Alors un immense immense merci de vos petits mots, de votre confiance. J’espère continuer encore un long moment mon bout de chemin en votre compagnie, car pouvoir faire de sa passion son métier est une chance incroyable, et si l’aventure entrepreneuriale n’est pas un long fleuve tranquille, c’est désormais sur cette nouvelle voie que j’espère pouvoir construire la suite de mon histoire professionnelle.

A très bientôt, car je compte alimenter le site de quelques articles durant le Salon Création Savoir Faire, avec si j’ai le temps quelques surprises!

A la une Mode

Sew me tender….la collection pleine d’amour!

Bonjour!

J’ai été peu présente par ici cet été, vacances des petits et préparation de la nouvelle collection oblige….et c’est avec toujours le même mélange de joie et d’appréhension que je vous dévoile les prochains patrons qui seront disponibles en octobre.

Mais commençons par « l’histoire » de cette collection…car elle a pour moi une importance très particulière. Maison Fauve, c’est mon aventure depuis 3 ans, mon rêve un peu fou qui se poursuit de saison en saison. Mais ce joli rêve prend au quotidien beaucoup beaucoup de place, ma famille partage les doutes comme les beaux moments. Et mon mari est de fait de plus en plus investi dans ma petite entreprise (récupérer les patrons chez l’imprimeur, passer à la poste les jours où je suis au cabinet, m’aider à conditionner…le côté fun quoi!). Mais il a surtout toujours un avis sur les vêtements, le choix des tissus, et son œil compte quand il faut trancher sur un détail, une coupe. J’ai souhaité l’investir encore plus dans Maison Fauve en lui proposant que l’on imagine ensemble une pièce pour l’homme. Au départ cette collection devait contenir autant de patrons homme que femme, mais il faut être raisonnable: mes nuits sont déjà trop courtes, et élaborer un patron pour le vestiaire masculin est un travail important pour moi qui ne coud jamais pour l’homme 😉

On a décidé ensemble de se concentrer sur un indémodable du vestiaire masculin: la chemise. Il a fallu réfléchir à la coupe, appuyée sans être trop cintrée, et également aux petits détails qui apporteraient toute sa singularité au patron. Et c’est le joli col « cassé » col anglais revisité, ainsi que le boutonnage sous patte qui nous ont semblé apporter toute son originalité au modèle, sans trop d’excentricité.

Mon mari a été très précis sur les proportions qu’il voulait, et je lui est proposé différents détails pour offrir un aspect très soigné à la chemise : toute cousue en couture anglaise (marges de couture incluses en ce sens et planche très détaillée), avec un pli plat dans le dos, des découpes dos, des surpiqûres, le fameux col bien entendu, mais aussi un joli poignet avec une patte capucin. Et la patte de boutonnage est en 2 parties pour pouvoir si vous le souhaitez contraster le tissu de la patte et du col pour un effet de « fausse cravate ». La chemise Sparrow était née! la première version que je vous montre ici est toute blanche, dans l’épure, cousue dans un magnifique coton à petits chevrons de chez Eglantine et Zoé (que je remercie de tout mon cœur, car nous avons beaucoup discuté de ce 1er modèle homme, et Zoé a choisi de m’accompagner en proposant dans sa nouvelle collection de magnifiques cotons particulièrement adapté aux chemises! Mille mercis ma jolie de m’avoir prêté main forte!!!).

Les autres modèles sont dans les tuyaux, notamment un blouson, et si je vois que vous trouvez un vrai intérêt aux patrons pour homme je vous les proposerai peut être durant l’hiver!

Mon idée de départ, quand plusieurs modèles homme étaient envisagés, c’était de jouer sur un vestiaire homme et femme avec des pièces qui se répondent, pas forcément des vêtements mixtes, mais dont le stylisme aurait une unité. Cette belle chemise pour homme a donc sa réciproque dans la collection femme: la chemise Swallow. Le chemisier femme a une coupe beaucoup plus ample, un dos froncé sous un empiècement, la ligne d’épaule est descendue pour un look un peu boyish, mais les détails signature du modèle homme sont toujours présents: le col cassé et le boutonnage sous patte. Et comme il fait encore très beau et chaud, le patron peut être cousu en version sans manche (et je vous précise que sont 2 patrons différents sur la planche, j’ai soigné les détails, les emmanchures et la coupe de chaque version). La version en tencel façon jean (de chez Pretty mercerie) me fait penser aux tenues de la jolie Charlotte Gainsbourg dans ses jeunes années, et si ce n’était pas l’inspiration du patron cela m’a frappée à l’essayage! La version Vichy est plus classique (mais un peu de repos dans le vestiaire c’est bien aussi).

 

Le second patron femme, c’est la salopette Sailor. Mon énorme énorme envie de cet hiver (j’arrive après la guerre certes) c’était une salopette, mais pas au 1er degré de la salopette. Je ne suis que modérément casual dans ma façon de m’habiller, alors j’ai réfléchi à comment faire une salopette qui n’en soit pas tout à fait une, ou plus simplement une salopette qui me ressemble. Je suis partie sur des bretelles nouées,détail féminin, assemblage facile, pas besoin de chercher des fournitures de mercerie particulière…j’ai foncé. Pour le devant, j’y ai réfléchi un moment, le devant avec poche ou plastron était un code trop évident de la salopette, j’ai décidé de jouer sur un devant qui se croise, avec une ribambelle de boutons (le boutonnage est surtout à visée décorative pas besoin de le défaire pour enfiler la salopette). Le dos reprend par contre complètement les code de la salopette.Et puis s’est posé la question du bas…mon prototype était un pantalon droit peu ample comme celui que je vous montre ici.

Je trouvais ma salopette parfaite ainsi, mais malgré tout mon travail sur les dernières collections est de vous proposer un patron qui vous autorise la réalisation de plusieurs vêtements. j’ai hésité entre une jupe et un short, j’ai commencé par prototyper le short, et j’ai tellement aimé le résultat que je n’ai pas poussé plus loin, ma belle salopette Sailor était prête!

 

J’ai fait de nombreuses versions de ce patron pour tester le rendu dans de nombreux tissus: gabardine de soie, jean, prince de galles (celui ci vient de chez Pretty mercerie) et enfin j’avais très très envie de tester le tweed, beaucoup de merceries en proposent de très beaux cette année, et je me suis souvenue que j’avais de côté un énorme coupon de tweed acheté en solde il y a 2 ans chez mondial tissu…il est assez flashouille avec ses fils argentés, mais j’ai pensé que la salopette short dédramatiserait bien ce tissu et je suis vraiment ravie du résultat je l’aime beaucoup beaucoup!!! Pour rester dans les codes du vêtement en tweed-coco like-passion Chanel- Karl le boss…j’ai cousu des boutons perlés de chez Pretty mercerie également. J’aime beaucoup ces boutons, j’en avais acheté plein, mais ils sont lourds et la queue très longue donc un échec cuisant sur les tissus fins comme pour une chemise, par contre ici l’épaisseur du tweed s’y prête bien, je suis ravie! Ma belle blouse Dahlia (version antédiluvienne que j’aime tant avec un velours de soie dévoré de chez Cousette) complète ce look et mes sandales Narae que j’aime tant…tenue de party girl (hum hum …) validée 🙂

 

Et pour clore cette collection, voici la robe Sybil, qui pour le coup saute à pieds joints dans la féminité! Un décolleté croisé presque carré, de jolis jeux d’empiècements qui peuvent être rehaussés d’un passepoil, une coupe un peu ample, des poches…elle est très féminine, très confortable, se décline en blouse, s’adapte à différents niveaux de couture si l’on s’exonère des empiècements (le buste est doublé). Je l’aime c’est tout! Cousue ici en double gaze Atelier Brunette, elle est spectaculaire en version longue! Mais un beau lainage léger, un velours fin, un coton…tout est possible! Pour l’inspiration, on passe du côté des soeurs Bennett, on bifurque vers Dowtown Abbey, on se projète dans une babydoll revisitée et nous voilà arrivés.

Et alors, pourquoi les patrons ont ces petits noms? 

Sparrow et Swallow, 2 jolis noms d’oiseaux qui font directement référence à mon mari et moi, nous sommes 2 tatoués et nous avons choisi d’encrer sur nous de jolis oiseaux, des hirondelles sublimes pour mon homme, une paire d’ailes à mes chevilles et un chardonneret sur mon dos (mais Sparrow ou moineau sonnait mieux avec Swallow ou hirondelle 😉 ).

Pour la salopette, je suis partie sur Sailor, un look petit marin qui va bien, et puis dans l’imaginaire du tatouage, le marin en est recouvert.

Et la belle Sybil…on sort de l’univers du tatouage pour repartir vers mon autre tocade: Sybil c’est la petite sœur effrontée et déterminée de la famille Crawley (Downton Abbey addict bonjour!!!), une féminité qui ne s’en laisse pas conter. On n’est pas non plus dans le 1er degré de la robe d’époque, mais un petit charme rétro se retrouve ici.

Swallow, Sparrow, Sybil, Sailor….on S‘est compris ?!

Et cette collection, ce vestiaire homme et femme, c’est pour moi une nouvelle étape. Et je me pose des questions sur l’identité de Maison Fauve. Sew me tender est le nom de la collection, et je me demande si ma marque ne pourrait pas évoluer vers ce nom qui porte moins à confusion que Maison Fauve… C’est périlleux de faire évoluer le nom d’une marque, on risque de perdre des gens en route, et ma marque est encore toute jeune…si vous avez un avis sur la question je prends toutes vos suggestions!

j’espère que cette collection vous plaira, sortie des patrons pour fin octobre, je vous donne très vite une date de sortie officielle et à cette occasion vous pourrez découvrir d’autres versions des patrons, les tutoriels de montage, bref j’ai du travail en perspective. Et je vous laisse avec les perles de cette séance photo …. à bientôt!

A la une Mode Tutoriel

Robe Leaf le tuto!

bonjour!

comme vous le voyez j’ai pris mon temps…mais c’est un second tutoriel sur les modèles de la nouvelle collection que je vous propose aujourd’hui: la robe Leaf.

Clairement ce patron est votre méga chouchou de ma nouvelle co’, et je suis super heureuse d’avoir vu fleurir sur IG de très jolies versions du top et de la robe (car rappelons-le, le patron de Leaf vous permet de réaliser un top, une robe longue ou au genou et 2 formes d’encolure…c’est qui qui vous aime 🙂 ?!). La version cousue dans ce tuto est dans un superbe coton de la mercerie en ligne The sweet mercerie, et je dois dire que Leaf n’a jamais porté aussi bien son nom ;).

Évidement, l’atout charme de ce modèle est dans son porte feuille dos, et je n’ai pas résisté pour les photos à l’accessoiriser avec un joli sautoir de ma copine Ilabella. Je craignais un peu que cet imprimé si fort ne m’autorise pas trop des bijoux ou autres éléments forts, mais en fait les lignes de la robe qui sont sans fioritures laissent s’exprimer le motif et comme je compte la porter tout l’été, elle sera aussi jolie en sandales ou converses qu’avec de beaux talons et des bijoux.

Bref, nouvel amour de robe dans mon vestiaire!

Mais trêve de bavardage, place au pas à pas:

Cousez les pinces buste devant et dos : Reportez vos indications de valeur de pince sur votre tissu, avec un point de bâti ou avec une craie de tailleur ou un feutre type Pilot frixion, épinglez, et cousez en partant de l’extérieur du vêtement vers le centre de la pince, en venir mourir le long de votre tracé sur les 2/3 derniers points (votre pince sera plus propre). Faites ceci pour vos pinces poitrines, et repassez vos pinces vers le bas. Pour les pinces situez à la taille, rabattez au repassage vos pinces vers le milieu.

Cousez les pinces buste dos selon la même technique.

Assemblez votre buste devant et vos bustes dos endroit contre endroit par les épaules.

Assemblez votre parementure devant et vos parementures dos endroit contre endroit par les épaules. Surfilez les parties non assemblées de votre parementure (voir les photos plus bas).

Ouvrez votre couture épaule au fer pour bien l’aplatir.

La ceinture : votre robe est portefeuille, vous allez donc coudre 2 ceintures.

Repliez en 2 sur toute la longueur votre ceinture endroit contre endroit, piquez le long de votre ceinture en laissant à une extrémité une ouverture pour retourner votre ceinture.

Assemblage de la parementure sur le buste :

Assemblage buste/parementure : Venez superposer endroit contre endroit votre assemblage buste tissu et votre assemblage parmenture, épinglez pour coudre ensemble l’encolure, le milieu dos et les emmanchures. Vous venez positionner votre ceinture sur le repère buste dos, de sorte à ce qu’elle soit prise en sandwich dans l’assemblage parementure/buste dos.

Vous allez venir retourner votre pièce : prenez votre pièce parmenture dos droite et passez la dans le « tunnel » épaule droite en la glissant vers l’intérieur vous introduisez délicatement à l’aide d’une baguette émoussée une portion de la parmenture à l’intérieur, et vous venez récupérer le tissu de l’autre côté. Faites de même pour la parmenture gauche. Mettez votre vêtement sur l’endroit et repassez bien.

Couture des côtés: sur l’un de vos côtés vous ménagerez une ouverture dans la couture afin de créer le passage pour votre ceinture. (ceci est indiqué par des repères sur votre planche de patron. Ici je choisis de laisser l’ouverture dans la couture côté sur ma droite.)

Commencez assembler par le côté gauche : mettez le devant et le dos endroit contre endroit. Déployez vos parementures pour mettre leurs côtés devant et dos endroit contre endroit. Epinglez depuis le bas de vos parementure, jusqu’à la couture dessous de bras, puis le long du côté jusqu’au bas du buste. Surfilez votre couture.

Pour le côté droit commencez par surfiler le bord de vos pièces puis vous procédez de même, et quand vous atteignez le repère ouverture vous arrêter votre couture par plusieurs points arrière pour la renforcer. Vous reprenez toujours en vous aidant du repère votre couture un peu plus bas, en la renforçant au départ par plusieurs points avant/arrière, puis vous terminez votre assemblage en bas du buste.

Repliez si vous le souhaitez votre manche pour former un petit revers. Je fixe le revers par un point machine dans la couture. Je fais de même pour fixer la parementure sous le bras en piquant sur la couture côté.

La jupe :

Cousez vos plis sur votre pièce jupe devant et vos pièces jupe dos en superposant les crans de montage du pli, vous réalisez une couture verticale tout le long du repère de pli. Terminez par plusieurs points de renfort et aplatissez vos plis.

Cousez l’ourlet le long de l’ouverture dos de votre jupe : faites un premier pli à 1 cm que vous marquez au fer, puis un second pli de 1 cm, épinglez et cousez.

Assemblez endroit contre endroit par les côtés vos pièces jupe devant et dos.

Assemblez votre jupe sur votre buste, endroit contre endroit, en veillant bien à ce que vos pinces/plis/milieux devant et dos correspondent en épinglant entre la jupe et le buste.

Surfilez votre couture.

Il ne vous reste plus qu’à coudre l’ourlet bas de votre robe (selon votre tissu faites un ourlet invisible, ou un ourlet comme décrit sur l’ouverture dos de votre jupe).

Votre robe est terminée, BRAVO !!! Enfilez-la vite et tournez, courez, tourbillonnez, faites danser sa jolie jupe tel un feuillage qui se déploie.

 

A la une Tutoriel

En attendant la nouvelle collection, les girls voici Derek!

Bonjour à tous!

Je ne passe par ici que ponctuellement en ce moment car la préparation de la nouvelle collection me prend beaucoup beaucoup de temps. Mais celles qui me suivent sur instagram ont pu voir passer dans mes stories il y a quelques mois un petit projet qui me trottait dans la tête, faire un patron de calot.

En effet, je suis également chirurgien-dentiste, et mon métier est extrêmement salissant pour mes cheveux (je vous laisse imaginer les projections que peut recevoir un dentiste qui fraise/incise/détartre…. le visage à moins de 50 cm de votre bouche grande ouverte…..voilà c’est un peu dégueu quoi!).

Certaines m’ont fait parvenir des liens de petites boutiques qui proposent des calots avec des tissus plus sympa que les modèles en intissé qu’on trouve dans le commerce, mais en tant que couturière qui se retrouve avec un monceau de chutes de tissu sur les bras, je souhaitais me faire mes propres calots. Et en tant que créatrice de patron, je voulais vous proposer un patron de calot 😉 Et j’ai été très heureuse de constater que le projet vous emballait, et pas uniquement les professions médicales ou paramédicales: des boulangers/pâtissiers/cuisiniers m’ont laissé des messages enthousiastes, et je pense que beaucoup d’autres professions ont des impératifs de protections des cheveux, que ce soit par mesure d’hygiène vis à vis de l’environnement ou pour soi (dans mon cas n’exerçant pas en bloc il ne m’est pas imposé de travailler avec une charlotte ou autre, et mettre des calots sera avant tout pour mon confort, mais aussi car je trouve l’idée super fun et que lorsque j’ai porté mon calot test j’ai eu des retours très positifs de mes patients!).

Etant donné l’usage que j’en fait, il est impératif de faire un choix de tissu judicieux: qui passe à la machine à hautes températures, se repasse bien, et pas trop fin. Le modèle présenté ici est réalisé dans une chute de tissu acidulé en coton de chez Pretty Mercerie. Je trouve qu’il est absolument parfait, outre son motif si frais, le coton est épais comme il faut et très confortable.

Concernant le patron, il s’agit d’un pdf (5 feuilles à imprimer, 3 pièces à découper, on est bien je pense). Et même si je sais que pour la plupart d’entre vous ce patron n’aura qu’un intérêt modéré, je suis très heureuse de le proposer gratuitement à tous ceux qui ont envie de un peu de fun dans leur vie pro (et également à toutes les couturières qui ont des proches concernés, je pense que c’est une jolie attention à offrir 🙂 ).

C’est une petite pièce rapide à coudre (1 heure montre en main) et qui consomme un coupon de tissu de 55 cm de large et 60 cm de long. Il se prolonge par une bande de tissu un peu longue à l’arrière afin de pouvoir prendre sous le tissu les cheveux ramenés en chignon et de venir nouer le tout avec les longues bandes de côté.

 

Et il est mixte, mon mari peut également l’enfiler sans souci.

Et je pense que pour ce qui est de son petit nom…pas besoin de vous faire un dessin, on a toute un petit bout de cœur qui bat pour le Dr Mamour non ?!

Le patron est gratuit et il est disponible ici: https://www.maison-fauve.com/produit/le-calot-derek-patron-gratuit/

le patron est à imprimer à taille réelle, une petite marge blanche est visible, ne la découpez pas et prolongez les tracés si besoin. Les marges de couture sont incluses dans votre patron et sont de 1 cm.

J’espère que vous serez contente de votre patron, et surtout n’hésitez pas à partager votre cousette sur IG avec les #dessinemoiunpatron #calotderek je serai trop trop contente de voir le sort que vous lui réservez.

Et je préfère tout de même le préciser, le patron est un pdf que je vous propose gratos, alors svp gâtez vos proches et faites vous plaisir, mais je serai un peu déçue de découvrir que certains se lancent ainsi dans la revente de calot. Ce petit bout de rien n’en a pas l’air mais je vous promets qu’il m’a demandé du travail (et comme je ne suis pas équipée et formée pour digitaliser les patrons j’ai dû faire appel à la personne qui s’occupe de grader mes patrons, ce qui a un coût également).

Allez je m’en retourne terminer le lancement de la nouvelle collection…rdv le 16 Avril pour l’arrivée de Leaf, Cherry et Bloom!

 

A la une Mode

De la lumière sur les Highlands

bonjour bonjour!

la semaine démarre et c’est avec un modèle qui brille qui brille que j’attaque ce lundi, ma jupe Highland en version 2 volants avec le tissu plissé doré de chez Pretty mercerie. Quand j’ai vu ce tissu j’ai eu un coup de coeur glitter/shiny/girly, je n’ai pas résisté…. Il est très beau, un joli tombé, par contre je n’avais jamais cousu de plissé soleil, et pour ce patron cela s’est avéré délicat. J’ai bâti tous mes plis avant la couture pour les fixer et du coup la laize est trop courte pour construire les volants.

J’ai donc construit mes volants en plusieurs morceaux avant de les coudre sur mon fond de jupe (en crèpe rose pâle de chez The sweet mercerie, très joli!). J’étais parti pour faire le 3ème volant, mais je n’avais du coup pas assez de tissu, j’ai tenté sans bâtir mes plis en les étirant un peu…verdict on dirait un lampion! (les curieux peuvent voir la jupe 3 volants en mode failllll sur mon instagram).

J’ai donc conservé les 2 volants, c’est ravissant!

Pour ces photos, j’ai choisi d’associer ma petite Violette en broderie anglaise (c’est frais ça appelle le printemps!). Et mon amie Marguerite m’a prêté de jolis bijoux, j’ai donc les poignets et le décolleté tout en Ilabella (les bijoux verts vont faire un malheur pour l’été, ils vont claquer sur peau bronzée!).

 

J’espère que ces photos vous plairont, plusieurs m’ayant fait remarquer que ma jupette a des airs de tenue de tennis women années 80, j’ai foncé 😉

 

 

bonne semaine!

 

A la une Mode

Patron, bijoux, tissus…on joue ?!

Bonjour!

c’est impatiente et heureuse que je poste aujourd’hui afin de vous proposer un super concours! Je voulais vous remercier d’être toujours si présents, et avec mon amie Marguerite nous nous sommes dites qu’il fallait faire cela bien….

Marguerite, c’est mon amie mais surtout c’est la talentueuse créatrice des bijoux semi précieux Ila bella. Ses superbes bijoux font régulièrement des apparitions dans mes posts, et Marguerite m’accompagne souvent pour vous gâter dans de petits concours instagram.

Nous avions donc un patron, des bijoux, mais et le tissu alors?! J’ai contacté Alisson de la mercerie Les coupons de Saint Pierre, et elle a été immédiatement emballée pour se joindre à nous et vous faire un gros plaisir!

Nous vous proposons donc en association avec la mercerie Les coupons de Saint Pierre de gagner en quelque sorte le kit de soirée parfait pour réveillonner en beauté: le patron de la robe cape Bonnie, un ensemble de bijoux Ila Bella le bracelet Antique en émail disponible dans 4 coloris au choix ainsi que la bague Laurier (petite nouvelle en exclu dorée à l’or fin) et un bon d’achat de 50 euro de tissu….qui sera la plus belle pour aller danser? Peut être vous! Pour jouer rdv sur mon compte Instragram, je vous dis tout!

 

imgp0652imgp0658

imgp0662

imgp0698

Pour illustrer ce joli concours Marguerite et moi avons fait quelques photos, j’espère qu’elles vous plairont. Ci dessus je porte le bracelet Antique en noir et la bague Laurier (aussi belle portée que posée quelque part elle rayonne alors tel un petit soleil).

imgp0687imgp0680

 

imgp0637 imgp0655

imgp0650

Je profite aussi de ce post pour vous informer que la boutique en ligne sera fermée du 16 décembre au soir au 25 décembre inclus (vvvaacccaaannnccceeesss!!!!)

Donc plus que quelques jours pour commander et avoir au pied du sapin un joli patron de couture 😉

Je vous souhaite de merveilleuses fêtes de fin d’année, et je vous dis à très vite!

Emilie

 

A la une Mode

Embrun dans tous ces états

Bonjour à tous!

je suis très très heureuse de vous annoncer enfin la sortie officielle de mon nouveau patron, le pantalon à pont Embrun!

Vous saviez déjà presque tout de mon nouveau pantalon dans l’article précédent qui lui était consacré.

Le travail autour de ce patron a été très particulier, je voulais depuis longtemps réaliser un patron de pantalon, et je souhaitais proposer une pièce à la fois intemporelle mais avec du caractère. Pour moi les pantalons larges sont à la fois très chic mais aussi avec un soupçon de nonchalance, ils définissent une silhouette féminine mais sans trop d’ostentation. Et le pantalon à pont réunit pour moi les critères que j’avais en tête: un classique avec un petit plus dans son allure, une taille et des hanches bien gainées et des jambes larges. Et les shows ne cessant de nous montrer du large version feu au plancher, j’ai aussi mis en évidence le pantalon version raccourcie par un revers (sur ma stature, les 2 versions longue et courte sont identiques, pas de modifications sur la longueur du patron le surplus de tissu est absorbé par le revers).

Vous avez été nombreuses à me poser des questions sur IG quant au niveau requis pour monter Embrun. En soit le montage du pantalon n’est pas très compliqué, mais il y a 2 points techniques qui nécessitent de la pratique pour être maitrisés: la poche passepoilée dos, et le zip. J’ai donc choisi de vous proposer le pas à pas en même temps que le patron pour vous aider à évaluer sa difficulté.

J’ai aussi travaillé à vous proposer un patron avec une notice très aboutie, avec des schémas clairs plutôt que des photos parfois dures à rendre en impression, et surtout la brochure a été relue et soumise à ma team de testeuses de choc!

Je suis d’ailleurs très très heureuse de cette expérience de testing avec des couturières de divers niveaux (1er pantalon et 1ere poche passepoilée pour certaines), mais aussi des testeuses aux silhouettes très différentes car il est important surtout sur une telle pièce que vous puissiez vous rendre compte du tombé du vêtement.

Je remercie donc très très fort Anne de Mydress-made, Alicia de l’atelier d’Alicia, Fanny aka @fannybrooklyn sur Ig du blog Fannybrooklyn , Claire @kokechic4 du blog kokechic, Isabelle @ocnietcie qui tient le blog ocni et cie, Béatrice @le.b.a.ba.de.bea du blog le b a ba de bea, Mélanie et Julie de Atelier Svila, Laetitia @laeti_p du blog conceptu_l  d’avoir répondu présent. Vous pourrez retrouver leurs réalisations sur leur blog et leur profil IG. Et certaines d’entre elles m’ont fait parvenir des photos et je suis ravie de vous montrer déjà quelques réalisations! Bravo à ma #teamembrun !!!

IMG_2049

Fanny

Embrun Beatrice

Béatrice

P1140645

Isabelle

embrun-kokechic-2

Claire

Et je vous présente mes 2 dernières versions de Embrun: la 1ere est montée dans un joli jacquard café de chez Cousette (pour un look très 70’s avec ma capeline Chapoléone et mon amour de sac Sézane), et la seconde avec le revers dans un lainage léger pied de poule de chez Little fabrics.

IMGP1020

IMGP0840 IMGP0919 IMGP0897 IMGP0892

IMGP1080 IMGP1085 IMGP1060 IMGP1106 IMGP1172 IMGP1170

Des styles différents pour des allures qui je l’espère vous permettront de projeter le pantalon de vos rêves!

Merci à mon mari pour ce shooting de folie, et merci à mon amie Marguerite de Ilabella qui m’a toute embijouté pour cette séance photo!

Encore quelques images, avec un peu de fun, de bijoux, de pantalon et d’amour dedans :

IMGP0967 IMGP1035 IMGP1199 IMGP1130 IMGP1127

rdv dans le post suivant pour retrouver le pas à pas, et pour acheter le patron c’est ici!

des bises

Mode

Se draper et finir l’année!

bonjour à tous!

me revoilà sur le blog aujourd’hui avec ce qui sera ma toute dernière cousette de l’année 2015, une cape simplissime 😉

IMGP3007

j’avais reçu de chez Pretty mercerie ce drap de laine magnifiquement magnifique pour confection un Aime comme Montmartre. Mais comme je n’ai pas bien lu le descriptif, je n’ai pas réalisé que la laize est trop petite (en effet Montmartre avec ses manches intégrées nécessite une belle largeur de tissu). J’ai donc tourné le problème, j’ai même failli garder mon tissu tel quel (une ceinture on rabat et zou) mais  bon je ne peux prétendre coudre et jeter un rectangle sur mon dos ;))))

j’ai donc cherché dans mes magazines et patrons que faire de mon précieux, et je suis tombée sur un modèle de cape dans le burda style de septembre 2015.

6_3478_189_cape

Bon je n’aimais pas trop le col, et elle est vraiment tropppp loonnngguuueee pour mon 1m65, et puis ça fait un drôle de tombé sur le mannequin déjà donc sur moi bofbof…mais l’idée d’une cape me tentait bien.

j’ai donc repris un peu tout cela: coupé en 36, raccourcie et pas d’ajout des marges de couture, pas de col mais le joli galon tweed et chainette façon Chanel acheté l’an dernier chez ma petite mercerie (ils ont d’autres modèles cette année très beaux aussi). J’ai monté des pressions intérieures et voilà le travail!

IMGP3004

IMGP3012

IMGP3020 IMGP3015 IMGP3019 IMGP3011IMGP3017

j’aime les petites retours sur le poignet pour le dévoiler, et je trouve ma cape bien jolie ainsi,avec un petit air british que j’affectionne bcp bcp! Et on peut aussi la ceinturer je trouve que cela lui donne un style plus affirmé.

image

Voilà, je finis l’année sur ce post, et je vous prépare un nouveau billet bien plus étoffé pour 2016 où je ferais une vraie rétrospective sur mon année couture et mon 1er bilan sur Maison Fauve (merci merci à tous qui me suivaient, m’encouragez! Maison Fauve a pris un bel essor garce à vous et j’ai envie de croire que mon projet n’est non seulement pas vain mais promis à de belles choses!)

je vous souhaite à tous de merveilleuses fêtes!!!

Tutoriel

Donnez moi un aime…un doublé svp ;)

Bonjour à tous!

je suis un peu moins active sur le blog en ce moment car je suis en train de finaliser les modèles de la prochaine collection Maison Fauve, ce qui est vous vous en doutez très prenant, et je ne peux pas encore vous montrer tout cela…patience patience jusqu’à décembre 😉

Mais… les patrons étant désormais partis en gradation j’ai du « temps libre » donc je reviens avec un article couture, un vrai de vrai, avec mon nouveau teddy dont je suis ultra fan, le modèle Donnez moi un aime de Aime comme Marie.

Cela fait un petit moment que j’ai ce patron mais je n’avais pas encore eu le temps de m’y pencher. Et c’est la sortie du teddy Rosa de Wearlemonade qui m’a motivée, car moi aussi je voulais mon teddy!

Des petits blousons il y en a beaucoup, mais c’est vraiment ce patron qui a ma préférence, il a la bonne encolure, la bonne longueur (ici version longue car je suis frileuse des reins) la bonne ampleur mais…le patron ne comporte pas de doublure. Alors étant en plein dans les photos et explications de montage (nouvelle collection Maison Fauve en cours héhéhé!!!!!) j’avais la bonne dose de motivation pour non seulement réfléchir à lui ajouter une doublure mais aussi pour vous proposer un pas à pas avec des photos. J’espère que cela vous semblera bien clair, ce n’est pas un exercice bien compliqué mais c’est vrai qu’il a des étapes un peu stratégiques au moment de l’assemblage de la doublure.

Pour le choix des tissus, je suis restée classique quant au principe du teddy: buste dans un tissu et manches col ceintures qui contrastent. J’ai jeté mon dévolu sur ce joli tissu pied de poule de chez Mondial tissu (ou de poussin car petits motifs) c’est quand même l’imprimé en vogue de l’hiver et j’adore ce motif très classique mais twistable à souhait. Et pour les manches ect…ce superbe simili-cuir anthracite de chez Thesweetmercerie, qui a tout bon (souple doux très bel aspect et pas cher du tout). Pour la doublure, j’ai choisi d’utiliser les restes de mon tissu viscose hirondelle (vu ici pour Bianca) que j’aime beaucoup et qui contraste délicatement avec l’ensemble.

Je vous laisse donc avec les photos du tuto de mon blouson d’ammoouurrr concernant de l’ajout de la doublure, et je ferais bientot un article avec des photos portées et une mise en scène plus jolie. J’espère que cela vous plaira, bonne lecture! Et vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir 😉

PAS A PAS MONTAGE DOUBLURE:

Je ne vais pas revenir sur le montage de base du blouson et des différents éléments (col ceinture et poignets) car tout est déjà dans la notice de montage du patron. Mais par contre l’ordre d’assemblage diffère un peu donc attention.

Vous avez coupé vos pièces tissus et vous venez assembler votre buste devant et dos par les épaules puis les cotés. Vous fermez vos manches et vous les montez sur votre buste. Vous ne touchez pas aux parmentures pour le moment.

Vous préparerez votre ceinture, votre col comme indiqué par le patron, mais vous ne montez encore rien. Pour les poignets j’ai choisi de coudre mon tissu,et de le plier pour y mettre mon élastique plutôt que de mettre l’élastique par l’ouverture comme indiqué. Je viens donc glisser par l’ouverture mon élastique poignet et je referme par une piqure à 0.5.

Votre doublure:

vous allez commencer par découper vos pièces: les manches c’est la même chose que le tissu.

Pour le buste dos il faut ajouter à la zone « au pli » 1,5cm que vous viendrez coudre en haut et en bas sur 5 cm afin d’assurer le pli d’aisance.

IMGP2061 IMGP2063

Pour le buste devant par contre il faut soustraire de la pièce du patron votre parmenture (traçage en rouge sur la photo) et découper votre buste devant doublure en ajoutant bien partout vos marges de couture.

IMGP2065 IMGP2066

Vous assemblez votre doublure (épaule/épaules, puis cotés buste).

Quant aux  manches Vous allez les assembler mais ATTENTION laissez une ouverture d’environ 10 cm sur une de vos manches qui vous permettra de retourner votre travail à la fin..Vous les montez sur vos emmanchures doublure. Vous allez ensuite venir assembler endroit contre endroit vos parmentures sur votre buste devant.

IMGP2071

 

Assemblage doublure/tissu:

Tout le long de cette étape votre ouvrage sera endroit contre endroit donc sur l’envers pour vous, ne retournez qu’à la fin.

Vous mettez votre tissu face contre vous, et vous venez assembler face contre face votre doublure sur votre tissu (attention il faut que la  parmenture soit déployée). Vous épinglez du bas de la parmenture jusqu’à l’angle de l’encolure et là STOP: vous venez prendre en sandwich votre col entre le tissu et la parmenture. Vous épinglez tout bien jusqu’au bas de votre 2eme parmenture.

IMGP2072 IMGP2073

IMGP2096

Le bas maintenant: vous allez de même que pour le col venir épingler en sandwich votre ceinture entre votre doublure et votre tissu. Perso cette partie a été délicate car la ceinture tire fort (élastique oblige) et il faut au fur et à mesure que vous cousez bien tendre et guider votre ouvrage.

IMGP2080

le fameux sandwich ceinture bas vêtement

IMGP2081

 

Les manches: vous laissez votre ouvrage tel quel mais vous faites en sorte de mettre les manches tissus envers visible, de même que le sont normalement vos manches doublure. Vous venez mettre face à face les zones poignet de vos manches, en faisant bien correspondre la couture du dessous, et vous épinglez endroit contre endroit, vous obtenez un « tube de manches » que vous allez assembler à 1 cm.

IMGP2075

Vous crantez bien vos angles (encolure, bas de parmenture) et vous retournez par l’ouverture manche (que vous viendrez coudre à la main).

AHHHHHH je crois qu’on a monté sa doublure, c’est pas beau ça !!!

Vous obtenez ceci, pas mal non?!

IMGP2100

vue du col sur l’endroit

 

IMGP2099

et coté doublure

IMGP2082

et la ceinture montée coté doublure

 

IMGP2083

et vue de l’extérieur

 

Pour finir, les poignets: vous épinglez endroit contre endroit votre poignet à votre manche (même problème que pour la ceinture, l’élastique tire c’est un peu sport) et vous cousez.

IMGP2078

assemblage poignet manche on pique à 1 cm

IMGP2079

on retourne et tadammmm

VOILA votre teddy est terminé reste à mettre les pressions et à vous la grande vie 😉

IMGP2105

les pressions ne sont pas encore posées, rdv dans un prochain article 😉

j’espère que ce tuto vous aura éclairé, n’hésitez pas à commenter! Juste pour info, normalement pour un vrai montage doublure on patronne une parmenture et une propeté col sur lesquelles on vient assembler la doublure, mais patronner la propreté col était plus long et compliqué et je trouve le résultat satisfaisant ainsi 😉